« Pourquoi est-ce que je subis autant de racisme après tout ce que j’ai vécu ? »

Réfugié d’Irak, Tahsin Mirza est arrivé en Allemagne en 2015. Bien qu’il ait obtenu son Abitur et qu’il ait trouvé sa place dans la société, il est toujours victime de discrimination raciale des années après son arrivée. Clara Brötling a évoqué avec lui ses expériences du racisme. 

Tu viens d’Irak et tu as fui avec tes proches en Allemagne fin 2015 en raison de la guerre et des persécutions religieuses afin de prendre un nouveau départ ici. Comment c’était peu après ton arrivée en Allemagne ? As-tu eu l’impression que tu n’étais pas à ta place ou que tu n’étais pas désiré à cause de tes origines ?

J’ai d’abord vécu six mois à Gotha, où j’ai été chaleureusement accueilli et n’ai été confronté qu’une seule fois au racisme. Au feu rouge, un homme m’a fait un doigt d’honneur depuis une voiture et m’a insulté. Je ne l’ai pas compris et j’ai juste souri de surprise. Deux mois plus tard, alors que je vivais déjà dans ma ville actuelle de Rheda-Wiedenbrück, j’ai dû faire face au racisme de l’office d’immigration lorsque je leur ai fait part de mon souhait de passer mon Abitur et d’étudier pour devenir enseignant. Au lieu de me soutenir, on m’a dit que ce ne serait pas possible en raison de mon origine et de mon niveau d’allemand. J’ai été envoyé dans un centre de formation contre ma volonté. Je me suis finalement présenté en personne dans l’un des deux lycées de la ville. Le directeur a également souligné mon manque de connaissances en allemand et a déclaré qu’il n’accepterait plus de réfugiés. J’ai fait l’expérience pour la première fois que l’on me considérait comme « bête » en raison de mon origine et de ma langue. Cela m’a fait très mal. À ce moment-là, j’ai réalisé que je n’étais pas accueilli chaleureusement et avec générosité par tout le monde.

Tu vis ici en Allemagne depuis presque six ans maintenant. Tu t’es construit une nouvelle vie, tu as obtenu ton baccalauréat et tu as commencé à étudier. Néanmoins, tu subis encore aujourd’hui des discriminations raciales. Que signifie le racisme pour toi ?

Pour moi, le racisme est la discrimination ou le désavantage de personnes en raison de leur origine, de la couleur de leur peau, de leur religion et de leur langue. En tant que structure de pouvoir, le racisme a été inventé par les Blancs pour subordonner les Noirs. Structurellement, il n’y a pas de racisme à l’encontre des blancs, il ne devrait donc pas y avoir de racisme à l’encontre des personnes d’une autre couleur de peau.

Où fais-tu face au racisme dans la vie quotidienne ?

Je suis confronté au racisme tout le temps : auprès des administrations, en faisant mes courses, en prenant le train, en faisant la fête et même sur le terrain de football.

En tant que traducteur bénévole, je me suis souvent rendu avec d’autres réfugiés auprès des autorités, plus précisément au service d’aide sociale. J’y ai un jour soutenu deux femmes qui voulaient quitter leur logement de réfugiés pour un appartement. Notre demande n’a pas été prise au sérieux et a été ridiculisée. J’ai également vécu la situation où les réfugiés ne recevaient pas de certificat pour une visite chez le médecin. Si la demande d’asile n’a pas encore été approuvée, l’office doit délivrer une attestation. On nous a fait remarquer qu’en Afghanistan, pendant la guerre, on ne pouvait pas aller directement chez le médecin et qu’il fallait simplement supporter la situation.

Il a été dit qu’en tant que réfugié, vous ne recevez pas tout gratuitement et que vous devez aussi travailler. J’ai souvent entendu : « Si ça ne vous plaît pas ici, vous pouvez repartir.“. Une fois, j’ai menacé d’appeler la police, à la suite de quoi le certificat nous a été délivré directement. Souvent, on m’interroge aussi sur mon lieu d’origine. Je peux très bien distinguer si une personne veut me montrer que je n’appartiens pas à l’Allemagne ou si elle est vraiment intéressée. Si c’est le cas, alors j’aime raconter mon passé. Les personnes qui posent cette question ne sont pas nécessairement racistes, mais leurs déclarations le sont souvent. Je pense que beaucoup de gens sous-estiment la difficulté d’arriver dans un nouveau pays avec une culture et une langue étrangères en tant que réfugié. C’est comme un nouveau monde. C’est pourquoi il ne faut pas généraliser de prime abord, car chaque personne est différente.

Malheureusement, la discrimination raciale existe aussi dans le sport. Tu as indiqué avoir été confronté au racisme en jouant au football. Tu veux partager ton expérience avec nous ?

Malheureusement, j’ai déjà fait l’expérience du racisme à deux reprises dans le football. Une fois, lors d’un match à l’extérieur, j’ai été frappé par un joueur adverse et insulté de « Turc de merde ». Je ne pouvais que me moquer de lui, mais un de mes amis a informé l’arbitre et il y a eu des conséquences. Une autre fois, un joueur allemand d’origine turque a crié dans ma direction après la fin de la partie : « Déportation, déportation ! Réfugiés dehors, étrangers dehors ! « . La discrimination peut tout aussi bien venir de personnes qui sont elles-mêmes issues de l’immigration. Cependant, d’après mon expérience, il y a toujours de bonnes personnes dans de telles situations qui me soutiennent et font preuve de solidarité.

Comment as-tu fait face au racisme lorsque tu y as été confronté pour la première fois ?

Cela m’a beaucoup affecté émotionnellement, me rendant parfois triste ou agressif. Je me suis demandé pourquoi je suis venu en Allemagne en premier lieu : pourquoi suis-je victime de tant de racisme après avoir traversé tant d’épreuves ? J’ai même probablement fait une dépression à l’époque. À un moment donné, j’ai compris que le problème ne venait pas de moi, mais de l’attitude des autres. À partir de ce moment, j’ai commencé à prendre tout cela avec humour et à en faire des blagues, même si c’est encore douloureux parfois. Cela m’a aidé à surmonter cette expérience. Cependant, cela me touche encore aujourd’hui quand quelqu’un me dit « Retourne d’où tu viens ». Ça me rappelle la guerre. En attendant, je réponds : « Si le train était à l’heure, je serais à Rheda-Wiedenbrück depuis longtemps. ».

Comment gères-tu le racisme aujourd’hui ?

Pour moi, le stand-up est un moyen de faire face au racisme. Cela m’aide à prendre ces expériences avec humour pour qu’il soit plus facile d’y faire face et pour que le public prenne conscience de ce qui s’est passé d’une manière drôle. Parler à mes amis et à ma famille est également important pour m’aider à faire face à la discrimination raciale. Mais le sport et le football jouent également un rôle important : dans le sport, j’ai découvert un moyen d’évacuer mes frustrations en rapport avec le racisme, entre autres. J’étais pris très au sérieux et ai été accueilli à bras ouverts dans mon club de football. Quand je suis sur le terrain, je peux juste être Tahsin. Le sport est moins une question d’origines qu’une question de performance. C’est pourquoi j’ai pu m’intégrer au groupe si facilement. Les mêmes règles s’appliquent à tous, d’où qu’on vienne. Je pense que c’est la raison pour laquelle de nombreux réfugiés aiment tant jouer au football.

Selon l’Agence fédérale de lutte contre les discriminations, le nombre d’appels à l’aide reçus pour cause de discrimination raciale a augmenté de 10% en 2019 par rapport à l’année précédente. Cela représente désormais plus de deux fois plus de cas qu’en 2015. As-tu également remarqué cette évolution ?

En fait, j’ai remarqué consciemment l’augmentation des incidents racistes depuis 2017. J’ai été confronté au racisme plus souvent dans la vie quotidienne, surtout lorsque j’étais avec d’autres personnes. À mon avis, il y a un problème de racisme structurel qui a tendance à s’aggraver. On va dans la mauvaise direction avec ça. On a pu le constater avec l’attaque raciste de Hanau ou avec l’attaque contre le maire actuel de Cologne en 2015. Pour moi, il est absurde qu’en 2021, toutes les personnes indépendamment de leur origine ou de leur statut social ne soient toujours pas considérées comme égales. Cela montre que les personnes qui ne sont pas touchées par le racisme se préoccupent encore très peu de ce problème.

Selon une enquête représentative de l’Agence fédérale de lutte contre la discrimination, environ 15 % des personnes interrogées ayant cherché un logement au cours des dix dernières années ont été discriminées en raison de leur origine ou de leur appartenance à un groupe ethnique. Les personnes issues de l’immigration sont particulièrement touchées. As-tu eu des expériences similaires lors de la recherche d’un appartement ? 


Lorsque j’ai vécu avec ma famille en Thuringe, puis à Rheda-Wiedenbrück, nous avons été confrontés au racisme lorsque nous avons voulu quitter le foyer pour réfugiés pour emménager dans un appartement. À deux reprises, les propriétaires ne voulaient tout simplement pas louer leur appartement à des réfugiés. D’une part, ils avaient peur que le Jobcenter ne paie pas le loyer, ce que je pouvais comprendre. D’autre part, ils ont dit que notre culture était trop « différente », que nous ferions trop de bruit et dérangerions les voisins. Ils ne savaient pas si la maison resterait en bon état avec nous comme locataires. Ces déclarations étaient racistes pour moi et j’avais l’impression d’être traité différemment en raison de notre statut de réfugié. Cela m’a beaucoup touché car les déclarations générales et les préjugés peuvent être très blessants. Ma tante a ressenti la même chose lorsqu’elle a cherché un appartement avec l’aide de Diakonie. Le propriétaire ne voulait pas louer l’appartement à sa famille car elle était « sale » et pouvait endommager l’appartement. Il les a accusé de dégrader l’Allemagne et la culture allemande. Ma tante s’est alors tournée vers la Diakonie, qui a menacé le propriétaire de conséquences juridiques si un tel incident se reproduisait. Je le remarque encore et encore : les gens se comportent souvent de manière raciste par peur de l’inconnu. 


L’exemple que tu as donné montre que ta tante a trouvé une stratégie pour faire face au racisme : elle s’est tournée vers la Diakonie. Comment se défendre contre le racisme quand on cherche un appartement ?

Je pense qu’il est très important d’obtenir de l’aide, que ce soit auprès de Diakonie, de Caritas ou d’une organisation de lutte contre la discrimination. Mais il est également important de ne jamais abandonner et d’en parler ouvertement avec des amis allemands. De cette manière, les préjugés peuvent être réduits, des contacts peuvent être noués et il peut même être possible de trouver un appartement à louer. Même si vous n’êtes pas vous-même touché, vous devriez faire activement campagne contre ce type de racisme.

Selon toi, que doit-il se passer dans notre société pour réduire le racisme quotidien ?

Depuis environ un an, de nombreuses personnes qui ne sont pas directement concernées abordent la question du racisme dans les médias sociaux et attirent l’attention sur le problème. Cette tendance se confirme également dans mon cercle d’amis. Beaucoup ont compris que le racisme est un problème de pouvoir structurel qui ne peut être résolu que s’il est remis en question de manière critique et déconstruite. Cette prise de conscience me rend très heureux et fier, car la solidarité est le facteur le plus important dans la lutte contre toute forme de discrimination. Nous avons donc besoin d’abris et de structures pour les personnes concernées, où elles se sentent à l’aise et peuvent parler, être entendues et prises au sérieux. Ce lieu peut être, par exemple, le cercle d’amis. Nous, les personnes concernées, ne pouvons pas résoudre le problème seuls : nous avons besoin du soutien solidaire de toute la société.

Que doit-il encore se passer du côté des politiques ? 

La politique joue un rôle important lorsqu’il s’agit de lutter contre le racisme. J’aimerais que les hommes politiques reconnaissent que nous avons un problème fondamental de racisme en Allemagne. Outre le recours accru à des experts et à des travailleurs sociaux qui soutiennent les personnes concernées et créent une prise de conscience sociale globale des causes et conséquences du racisme, nous avons également besoin de lois plus sévères qui punissent les comportements racistes.

Comment le problème du racisme quotidien va-t-il évoluer à l’avenir en Allemagne ?

Même si le racisme existera malheureusement toujours, je suis optimiste quant à la possibilité de le réduire ensemble à l’avenir. La société allemande est maintenant très colorée et ouverte, et beaucoup sont antiracistes. Avec la tolérance et la solidarité, nous pouvons parvenir à juger les autres non pas sur la base des apparences extérieures, mais sur leur caractère.

*Image de l’article: Tahsin Mirza, photo par Sören Voss


A propos de l’auteur :
Clara Brötling

… est une volontaire OFAJ originaire de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qui vit et travaille depuis peu à Strasbourg. En plus du domicile, la rédaction journalistique est aussi une terre inconnue pour elle, mais tout ce que l’on peut explorer avec une délicieuse pomme à la main devrait, en principe, être bon.

Revenir en haut de page
%d blogueurs aiment cette page :